Compte-rendu de mandat — Août 2017

Publié le Publié dans Travail parlementaire

Madame, Monsieur,

Après cette courte trêve estivale, je reviens vers vous comme je m’y étais engagé afin de vous informer des actions parlementaires s’inscrivant dans les réformes promises par Emmanuel Macron et portées par le gouvernement d’Edouard Philippe.

Entre le 04 juillet 2017 et le 09 août 2017, en session extraordinaire, 18 textes de lois ont été adoptés, dont 11 définitivement à l’Assemblée nationale et au Sénat, et 6 à l’Assemblée. Une session extraordinaire intense avec 132 heures de séances et 135 heures en commission permanente. Aussi, les droits de l’opposition ont été respectés avec 1 340 amendements examinés en séance.

Comme je l’avais évoqué dans ma précédente lettre, le projet de loi ordinaire visant à rétablir la confiance dans la vie politique a en effet été définitivement adopté. Dans des délais d’examen très contraints, les deux chambres ont pu, après de très longs débats en commission et en séance publique, dépasser les clivages traditionnels et aboutir à un accord en commission mixte paritaire le 03 août 2017. Ces différentes mesures évoquées dans mon précédent courrier que je vous avais adressé le 31 juillet 2017 s’inscrivent dans une volonté d’assainir la vie publique. La garantie d’une moralisation de la vie publique est essentielle pour rétablir la confiance du peuple et de ses représentants, redonner un sursaut civique et redorer ainsi l’image de la France à l’échelle internationale.

Concrètement, quel est notre bilan après trois mois d’exercice au pouvoir ?

En seulement 100 jours : la réserve parlementaire est supprimée, les emplois familiaux sont interdits, la flexi-sécurité du marché du travail est en marche, l’allocation aux adultes handicapés va augmenter, les parlementaires devront remplir des notes de frais comme tout cadre dirigeant, les classes prioritaires seront dédoublées dès la rentrée, le RSA va augmenter de 10 euros par mois dès le 01 septembre 2017 pour une personne vivant seule, des crédits d’urgence ont été débloqués pour les sans-abris, …

Quelles seront nos principales priorités pour la rentrée ?

Depuis le lundi 21 août, nous sommes déjà très nombreux à avoir retrouvé le chemin de l’Assemblée nationale pour porter le projet de notre Président de la République et de son gouvernement. Nous devons préparer les grands chantiers de l’automne avec la loi de financement de la sécurité sociale et la loi sur la protection des Français avec la lutte contre le terrorisme.

En tant que membre de la commission des affaires sociales, je participe également aujourd’hui à un groupe de réflexion sur la formation professionnelle. Comme l’explique Richard Ferrand, président du groupe de La REM : « C’est d’abord la formation qui aide celles et ceux qui cherchent du travail à en trouver, ce sont donc les Français et les Françaises bien formés qui doivent être la priorité et non pas des contrats aidés qui dans 75 % des cas ne débouchent sur rien ».

Aussi, je tiens cependant à vous rassurer, malgré notre contrainte budgétaire, nous allons prioriser les besoins en terme de contrats aidés. La priorité sera ainsi donnée à l’Education nationale, l’urgence en matière sociale et de santé et d’Outre-mer.

Il est aujourd’hui nécessaire de réformer en profondeur et d’investir davantage dans la formation professionnelle, un plan d’investissement de 15 milliards d’euros va être mis en place sous le quinquennat. La priorité de notre majorité reste la formation pour accéder à un emploi durable ; véritable arme économique pour lutter efficacement contre le chômage des jeunes peu qualifiés et des chômeurs de longue durée.

Mon action portera également sur l’inclusion des personnes en situation de handicap. En effet, aujourd’hui une personne avec un handicap a deux fois plus de risques d’être au chômage qu’une personne qui n’en a pas : le nombre de chômeurs handicapés a doublé ces cinq dernières années. À ce jour, 20 000 enfants seraient non scolarisés.

Je me suis engagé au côté d’Emmanuel Macron pour réformer notre pays en profondeur afin de relancer notre activité économique tout en respectant les engagements pris avec nos concitoyens et parallèlement avec l’Union européenne concernant le pacte de stabilité et de croissance, limitant ainsi notre déficit public à 3 % du PIB.

Par ailleurs, vous trouverez sur mon site internet, un tableau retraçant mes rencontres et celles de mon cabinet parlementaire avec des représentants d’intérêts durant ce mois d’août 2017. Bien entendu, je continuerai à vous tenir informé mensuellement de mes actions. Il est également crucial que nos administrés comprennent l’ensemble de nos réformes engagées. Aussi, je reste à votre disposition avec mes collaborateurs pour vous apporter toute précision que vous jugeriez utile.

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de ma meilleure considération.

Sylvain Maillard,

Député de Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *