Présentation du PLFSS2018 en Commission des Affaires sociales

Publié le Publié dans Economie, Travail parlementaire

Promesses tenues, responsabilité, choix stratégiques en matière de prévention, aide aux plus fragiles, choix de solidarités : ce mercredi 11 octobre en Commission des affaires sociales de l’Assemblée, nous recevons Agnes Buzyn, ministre de la Santé, et Gérald Darmanin, ministre des comptes publics, venus présenter le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018.

Ce PLFSS2018 est celui des promesses tenues. Il démontre une ambition et une volonté gouvernementales assumées, de traduire dans les textes les engagements de campagne du candidat Emmanuel Macron. C’est ainsi que ce texte engage des grandes transformations sociales avec la mise en chantier de la suppression du RSI. J’ai interrogé les ministres sur les modalités de mise en œuvre de cette promesse de campagne : 6,6 millions de Français verront ainsi leurs droits fusionnés pour passer du RSI au régime général.

C’est un PLFSS2018 de responsabilité en terme d’équilibres budgétaires qui ramène à 2,2 milliards d’euros le déficit de la Sécurité sociale. L’objectif ambitieux d’un retour à l’équilibre en 2020 annoncé par le Premier ministre semble donc aujourd’hui atteignable. La trajectoire budgétaire vertueuse est également engagée concernant la Caisse d’Amortissement de la Dette sociale (CADES) dont le retour à l’équilibre est envisagé pour 2024.

En terme de santé publique, ce PLFSS2018 traduit une volonté stratégique en matière de prévention. Le gouvernement agit avec courage, en mettant en œuvre une hausse progressive du prix du paquet de cigarettes jusqu’à 10 euros pour lutter de manière efficace contre le tabagisme des jeunes, avec une augmentation de 1 euro dès le 1er janvier 2018. C’est également la généralisation de la couverture vaccinale, avec le passage de 8 à 9 enfants sur 10 bénéficiant du bouclier de 11 vaccins devenus obligatoires.

C’est un PLFSS2018 qui, en matière de politique familiale, fait le choix de l’aide aux plus fragiles. Je soutiens la volonté du gouvernement d’aider en priorité les familles nombreuses et les familles monoparentales. Ce sont en tout 450 000 familles qui bénéficieront de cet effort. Pour une personne seule gagnant 2000 euros par mois, c’est en moyenne une amélioration de 138 euros par mois des prestations familiales. Concernant les politiques en faveur des personnes âgées, c’est également le choix de la solidarité aux plus fragiles qui prévaut, avec l’ASPA (ex-minimum vieillesse) qui sera augmenté en trois fois pour atteindre 100 euros par mois en 2020.

Equilibre des comptes publics, stratégie des politiques de santé pour favoriser les dépenses utiles, aide aux plus fragiles : le PLFSS2018 entame son examen parlementaire, pour lequel, comme député de La République en Marche et membre de la Commission des Affaires sociales, je m’investirai afin que ces grands équilibres soient préservés.

Sylvain Maillard
Député de Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *