Lutte contre les discriminationsTravail parlementaire

Première réunion du groupe d’études antisémitisme

Le mardi 27 mars s’est tenue la première réunion du groupe d’études antisémitisme de l’Assemblée, dont je m’étais vu confier la présidence le mois dernier.

L’émotion de tous était palpable, à peine une heure après les questions au gouvernement et les interventions fortes de Nicole Belloubet et de Gérard Collomb pour rappeler l’action de la justice et de la police suite au meurtre odieux de Mireille Knoll.

J’ai présenté à mes collègues ma volonté d’inscrire résolument les travaux de réflexion et de commémoration de notre groupe d’études dans une volonté action, et recherches d’applications concrètes et pragmatiques dans la lutte contre la haine et l’antisémitisme.

Nous avons constitué le Bureau dont les vice-présidents sont: Frédérique Dumas, Richard Lioger, Manuel Valls, François Puponi, Claude Goasguen et Meyer Habib et les Secrétaires : Elise Fajgeles, Guillaume Gouffier-Cha, Guillaume Vuilletet, Christophe Bouillon, Constance Le Grip et Agnes Firmin-Le-Bodo.

J’avais tenu, pour cette première réunion, à auditionner Frédéric Pottier, Délégué interministériel à la lutter contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT sur le plan national de lutte contre le racisme et l’antisémitisme 2018-2020, qui avait été présenté par Edouard Philippe le 19 mars dernier au musée nationale de l’histoire de l’Immigration, porte de Vincennes.

Il ressort de cette audition que sur le sujet complexe de la lutte contre la haine sur internet, l’Allemagne a adapté son droit dans le respect des règles européennes en mettant en place une législation et un système de sanction extrêmement dissuasif. Nous étudierons ce modèle.

Sur l’éducation contre les préjugés, et sur la protection et l’accompagnement des victimes, nous avons conjointement décidé d’aller concrètement sur le terrain dans des départements difficiles, pour pouvoir, avec les différents acteurs de terrains : élus locaux, Police, Justice, Education, Associatifs, mieux comprendre les actions concrètes, les manifestations de la haine antisémite, les atouts et les manques des uns et des autres dans l’organisation et dans les moyens. L’objectif de notre groupe d’étude, étant de trouver des voies législatives et ou réglementaires pragmatiques qui permettront de faire reculer le fléau.

Le Délégué interministériel nous a aussi longuement parlé des actions menées également par les associations mémorielles, culturelles, sportives pour faire reculer l’antisémitisme.

Sylvain Maillard
Député de Paris 
Président du groupe d’études antisémitismes
de l’Assemblée nationale

#GEAntisémitisme #TousUnisContreLaHaine

27.03.2018 réunion du groupe d’études antisémitisme – audition de Frédéric Pottier, DILCRAH

27.03.2018 réunion du groupe d’études antisémitisme – Constitution du bureau