EconomieEuropeFormation professionnelleTravail parlementaire

La lettre du député Mars 2018

Madame, Monsieur,

 

Nous avons vécu ces derniers jours une séquence chargée en émotions, avec des événements douloureux. Un attentat dans le sud à Trèbes marqué par le geste héroïque du colonel Arnaud Beltrame, qui a donné sa vie pour en sauver d’autres ; puis, pendant la période de deuil de la nation, le meurtre odieux de Mireille Knoll, qui avait échappé à la rafle du Vel d’hiv en 1942 et qui a été sauvagement assassinée, chez elle, en plein Paris, en 2018, parce qu’elle était juive.

Le mercredi 28 mars restera gravé dans ma mémoire. Nous avons vécu aux Invalides une cérémonie d’hommage de la nation solennelle et digne. Dans la grande cour pavée, en présence de la famille du colonel de gendarmerie, la nation toute entière écoutait et soutenait le président de la République qui a trouvé les mots pour rehausser le geste héroïque d’Arnaud Beltrame. Face à son cercueil drapé des trois couleurs de la République, nous écoutions : nous étions juste fiers d’être Français.

En fin d’après-midi, dans un geste symbolique fort, les travaux de l’Assemblée nationale ont été interrompus. Nous sommes allés défiler à la marche blanche entre la Place de la Nation et le domicile de Mireille Knoll, pour dire notre refus de la barbarie et apporter notre soutien à la communauté juive de France, suite au meurtre barbare.

 

Cette affaire m’a particulièrement touché, car son climat pesait lourdement sur la première réunion du groupe d’études antisémitisme de l’Assemblée, dont je me suis vu attribuer la présidence. Nous avons constitué un bureau trans-partisan et auditionné Frédéric Potier délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémite et la haine anti-LGBT (DILCRAH). Je souhaitais l’entendre sur ses missions, et notamment sur le Plan national de lutte contre le racisme et l’antisémitisme 2018-2020 #TousUnisContreLaHaine . Je souhaite que notre groupe d’étude soit extrêmement concret, connecté avec le terrain : élus nationaux et locaux, police, justice, éducation, associations pour proposer des solutions applicables. Dans la lutte contre les messages haineux sur le web par exemple, les hébergeurs se défaussent trop souvent derrière « les moyens techniques » pour ne pas suffisamment les faire disparaître. Nous devons trouver ces moyens car leur business ne peut se construire en oppositions aux règles de notre République!

 

 

En commission des Affaires sociales, le mois de mars a également été chargé. Le projet de loi sur la réforme de la formation professionnelle, de l’apprentissage et de l’assurance chômage intitulé « projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel » a été transmis pour avis au Conseil d’Etat le mardi 28 mars. Au cours du mois de mars, nous avons eu plusieurs réunions avec Catherine Fabre, rapporteur pour la formation professionnelle et l’apprentissage, et le cabinet de Muriel Pénicaud, pour travailler sur le fond du texte. Le 6 mars, j’ai interrogé la ministre lors des questions d’actualité au gouvernement sur les chiffres éloquents du manque d’efficacité du système actuel (Retrouvez également le clip du groupe sur le objectifs de la réforme).

 

 

 

En commission des Affaires sociales, nous avons également eu la déception de ne pas voir aboutir un rapport de Guillaume Chiche (La République En Marche !) et de Gilles Lurton (Les Républicains) sur des propositions pour améliorer la politique familiale. C’est un jeu politicien du Groupe LR, qui a empêché d’étudier ce travail, ce que j’ai regretté dans une tribune au Huffington-Post « L’opposition de principe des Républicains sur la politique familiale montre l’absurdité des postures en politique »

 

 

 

Comme élu et comme militant, j’ai eu l’honneur ce 8 mars, pour la journée internationale des droits des Femmes, de participer à l’accueil républicain, du premier habitant de notre circonscription en la personne du président de la République.
Emmanuel Macron est venu dans l’entreprise Gecina, qui pour la seconde année consécutive est classée n°1 au RSE120, une notation boursière qui met en avant la responsabilité sociale. Plusieurs entreprises étaient représentées, qui ont témoigné de la production de richesse supplémentaire, par des politiques RH socialement exemplaires qui mettent en œuvre notamment l’égalité salariale hommes-femmes

 

 

Au début du mois j’ai passé une matinée au Commissariat du 8ème avec Muriel Sobry, la Commissaire centrale du 8ème et Chef du 1er District de Paris (l’ensemble de la circonscription est situé sur le 1er district). Elle m’a fait une présentation générale de l’ensemble des actions de la Police sur l’arrondissement, sur les particularités de l’insécurité sur notre circonscription, sur les moyens concrets dont disposent ses forces (et les points de manque). Elle m’a montré le fonctionnement des systèmes vidéos dont elle dispose sur l’arrondissement. J’ai ensuite assisté à sa réunion hebdomadaire avec son équipe, pour constater les préoccupations concrètes et réelles. Le lendemain, j’ai patrouillé en voiture une après-midi avec une équipe de la BAC. L’organisation, l’implication, le professionnalisme de nos forces de l’ordre sont régulièrement soulignés par Gérard Collomb et le gouvernement : il était important pour moi de le voir, et de constater aussi des limites parfois en terme de moyen ou d’organisation que nous devons améliorer.

 

 

Nous avons également continué ce mois-ci, avec les militants de la circonscription, avec nos référents Olivier Ponsoye et Charles Feld, avec les magnifiques équipes du 8ème à aller à la rencontre des Parisiens. J’ai également eu de nombreuses rencontres sur la circonscription avec des chefs d’entreprises, des clubs de réflexion. Je sens une forte attente militante. Sur l’Europe dont notre circonscription est le cœur à Paris, nous avons des forces vive qu’il faut entendre, alimenter, par des échanges et des rencontres. Je suis heureux, le 18 avril prochain que nous puissions organiser au siège d’En Marche ! une rencontre avec la ministre des armées Florence Parly, qui vient de faire adopter à l’Assemblée nationale, la Loi de Programmation militaire. Elle pourra nous éclairer sur les grands enjeux de Défense, et sur la nécessité de penser ces enjeux à l’échelle du l’Europe.

 

 

À l’invitation de l’institut Choiseul, une très riche rencontre avec @SongweVera, Secrétaire générale adjointe de l’ONU, pour échanger sur les perspectives économiques et les grands enjeux démographiques du continent africain.

 

Bien cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *